AccompagnerL'ÉcoleLe BlogLe rythmeLe staffLes Apprentissages AutonomesLes articles du staffLes enfantsLes Gens

Motivation et enthousiasme pour apprendre

Un enseignement autodéterminé qui engage la personne toute entière avec ses sentiments autant qu’avec son intelligence est celui qui pénètre le plus profondément et qui est retenu le plus longtemps. En effet, la motivation intrinsèque et l’enthousiasme sont les meilleurs moteurs d’acquisition de connaissances.

Alexander S. Neill, fondateur de l’école Summerhill, le résume ainsi : “Les enfants , comme les adultes, n’apprennent que ce qu’ils veulent.”

C’est également un des principes de base de la pédagogie ouverte, ainsi Carl Rogers écrit :

  • “Un apprentissage valable a lieu lorsque son objet est perçu par l’étudiant comme ayant un rapport avec ses projets personnels.”
  • “Un enseignement autodéterminé qui engage la personne tout entière –avec ses sentiments autant qu’avec son intelligence –est celui qui pénètre le plus profondément et qui est retenu le plus longtemps.”6
  • “Lorsque quelqu’un a un projet et qu’il voit que le matériel qui se trouve à sa disposition pourrait l’aider à réaliser ses fins, l’apprentissage se fait très rapidement.”6

On retrouve ce principe dans la théorie de l’autodétermination de Deci & Ryan :

“Dans la conception aristotélicienne classique du développement humain, les gens ont supposément une tendance active à la croissance et à l’intégration psychologique. Dotés d’un élan vital les portant à exercer et développer leurs centres d’intérêts, les individus tendent naturellement à rechercher de nouveaux défis, découvrir de nouvelles perspectives, intérioriser activement et transformer des pratiques culturelles. En élargissant le spectre de leurs aptitudes et en exprimant leur talent et leurs aptitudes, les individus concrétisent leur potentiel humain. Dans cette perspective, la croissance active est complémentée par une tendance à la synthèse, l’organisation, ou la relative unité de la connaissance et de la personnalité. De plus, l’intégration de ce qui est expérimenté procure la base d’un sentiment de soi cohérent – un sentiment d’entièreté, de vitalité, d’intégrité. Dans la mesure où les individus ont atteint un sentiment de soi, il peuvent agir conformément à, ou en accord avec ce sentiment.”

Le neurobiologiste allemand Pr. Gerald Hüther, qui dirige le département de recherche fondamentale de neurobiologie du Centre Hospitalier Universitaire psychiatrique de l’université de Göttingen et le centre de recherche préventive de neurobiologie de l’université de Göttingen et Mannheim/Heidelberg, explique : “À chaque fois qu’on s’enthousiasme pour quelque chose, et ce sur quoi on s’enthousiasme importe peu au cerveau, il y a ce qu’on appelle des transmetteurs neuroplastiques qui se déversent, et ces transmetteurs neuroplastiques sont comme de l’engrais pour le cerveau, mais ces neurotransmetteurs, lorsqu’on nous fait apprendre l’annuaire par cœur ou bien … lorsqu’on reçoit les conseils de gens avisés … ils ne sont pas déversés. Ces transmetteurs neuroplastiques ne se déversent que lorsque les centres émotionnels sont activés dans le cerveau et pour qu’ils soient activés, il faut que quelque chose vous prenne aux tripes, il faut que quelque chose vous soit particulièrement important…”. Ainsi, le cerveau se développe précisément là où il est utilisé avec enthousiasme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page